Je vous en parlais dans cet article en Mai dernier, et le grand jour est finalement arrivé ! Le Ghostbusters version 2016 a débarqué dans nos salles obscures, et je n’ai pas pu résister à la curiosité d’aller voir les dégâts par moi-même. Relativement fan des films de 1984 et 1989, je partais avec un à priori largement négatif comme vous pouvez le remarquer. Et très sincèrement… j’avais tort, je me suis éclatée. Ce n’est pas la première fois que je dis des conneries, et ce ne sera pas la dernière je suppose, mais cela m’ennuie quand même énormément d’avoir contribué à la vague de dénigrement le concernant ! Comme quoi, parfois, il faut juste savoir fermer sa gueule. Mea culpa donc, et place aux explications.

Bien loin d’être la catastrophe annoncée, j’ai pris beaucoup de plaisir devant ce remake du S.O.S. Fantômes de mon enfance. C’était pourtant loin d’être gagné, puisque j’étais convaincue que la base même du film ne se prêtait pas à une nouvelle mouture. L’œuvre de 1984 est devenu culte par son caractère aussi novateur qu’inattendu, et sa suite de 1989 le prouve en étant grandement moins appréciée du grand public. Je ne voyais pas les choses différemment pour ce troisième opus dépoussiéré. Pourtant, sans être le film de l’année, il s’est avéré bien plus divertissant qu’un Civil War ou un Suicide Squad (sur lequel je reviendrai dans les prochains jours). Plusieurs raisons explique ce sentiment, notamment son casting de femmes, ses personnages, et quelques scènes franchement drôles que l’on doit en grande partie au seul personnage masculin principal.

En ayant fait le choix d’une équipe 100% féminine, ce nouveau Ghostbusters avait pris par surprise les fans (et non fans) de la franchise. Le trailer dévoilé il y a quelques mois (très mal accueilli par ailleurs) avait justement lancé une polémique à ce propos, avec de trop nombreux commentaires sexistes sur Youtube et les réseaux sociaux en général. Personnellement, j’ai toujours trouvé cette orientation judicieuse, dans la mesure où elle permettait en grande partie d’éviter les comparaisons ancienne équipe/nouvelle équipe. Impression confirmée en sortant de la salle, puisque contrairement à mes habitudes face à un remake, je n’ai absolument pas pensé aux acteurs d’origine (hormis pendant leurs caméos respectifs). C’est donc un grand oui pour cette nouvelle team de nanas, dont les personnages forts en personnalités ne tombent pas pour autant dans la caricature. Enfin sauf celui de Leslie Jones.

[Critique / Avis] Ghostbusters - S.O.S. Fantômes (2016)

Abby (Melissa McCarthy) est totalement acquise à la cause paranormale depuis des années. Auteur d’un livre sur les fantômes avec sa copine de lycée Erin, elle n’a jamais cessé de traquer la vérité, quitte à passer pour une allumée. Melissa McCarthy est absolument géniale et naturelle dans ce rôle. Je ne la connaissais vraiment que de Gilmore Girls, mais je l’ai toujours adoré sans trop savoir pourquoi. Elle dégage un truc tout mignon qui me donne envie de lui faire des câlins et de la purée Mousline.

Erin (Kristen Wiig) est l’intellectuelle plus réservée du groupe. D’abord passionnée par le sujet des esprits, elle a finalement tout laissé en plan, y compris son amitié avec Abby, pour se consacrer à une carrière de professeur plus sérieuse. Mais son passé va la rattraper, et la forcer à côtoyer de nouveau les forces paranormales. Je ne connaissais Kristen Wiig que pour ses brèves apparitions dans Seul sur Mars, mais elle m’a beaucoup fait rire en prof un peu coincée qui tente malgré tout d’avoir l’air cool. Je lui dois de grands moments de rigolades, lors de ses tentatives maladroites pour draguer leur secrétaire beau gosse (Chris Hemsworth).

Jillian (Kate McKinnon) est indescriptible tant elle est complètement barrée. Amie avec Abby, elle est tout autant dans le délire fantômes que sa copine. C’est elle qui conçoit les gadgets de la bande, et son esprit créatif ne connaît aucune limite. Kate McKinnon, dont je n’avais absolument jamais entendu parler, excelle dans ce rôle.

Patty (Leslie Jones) est la pièce rapportée qui débarque dans la bande un peu par hasard, au détour d’une rencontre avec un fantôme durant ses heures de boulot dans le métro. Black, grande gueule, elle est du genre à crier plus fort que le voisin juste pour se faire entendre. Elle nous sert une ou deux scènes franchement poilantes, et n’hésite pas à aller au devant des ennuis la tête dans le guidon. Leslie Jones est brillante et drôlissime, mais j’ai un réel problème avec ce personnage trop stéréotypé. Une fois de plus, on nous sort une héroïne black, qui crie plus qu’elle ne parle, pauvre, et socialement pas très élevée (guichetière dans le métro contre trois « scientifiques »). C’est dommage, car on tombe directement dans la caricature de la black costaude qui parle comme un charretier sortant du ghetto (oui j’ai vu le film en VO, et pour moi ce n’était donc pas la voix habituelle de Whoopi Goldberg). Quitte à bousculer les habitudes hollywoodiennes avec un film d’action presque intégralement féminin, pourquoi ne pas pousser l’ambition jusqu’aux codes raciaux ? C’est l’un des points noirs à mes yeux.

[Critique / Avis] Ghostbusters - S.O.S. Fantômes (2016)

Kevin (Chris Hemsworth), le secrétaire des filles, est très certainement LA plus grosse réussite de ce film. Il est tellement débile, et tellement canon à la fois… Mais dès qu’il ouvre la bouche (et parfois même sans cela), il est encore plus idiot que tous les lapins crétins réunis. Ses scènes sont délicieusement hilarantes, et apportent une touche comique incroyable à l’histoire. Chris Hemsworth, avec lequel j’ai beaucoup de mal d’habitude, crève l’écran dans ce registre, et je ne l’y attendais absolument pas. Il devrait vraiment tourner dans plus de comédies à l’avenir, car il y est très bon.

Les autres personnages sont beaucoup plus secondaires, donc je ne m’y attarderai pas, même le méchant qui a le charisme d’une mangouste. Ce n’est pas bien grave, et ça ne m’a aucunement dérangé, aussi bizarre que cela puisse paraître. Pour le reste, nous avons forcément eu le droit aux caméos des acteurs d’origine. Inutiles pour certains, sympathiques pour les autres, je trouve toujours le clin d’œil assez cool lors du reboot d’une franchise aussi connue. Les nouveaux personnages pouvaient parfaitement exister par eux-mêmes, sans être adoubés par le passage des anciens, mais dans le contexte d’un film bon enfant c’est un fait tout sauf dérangeant.

Parce que c’est bien de cela dont il s’agit, un film cool et léger qui s’assume sans jamais se prendre la tête. L’humour est forcément différent de celui d’origine, mais l’époque n’est plus la même et les standards ont évolué. La quasi totalité du casting débarque tout droit du Saturday Night Live, une célèbre émission comique et satirique américaine, et cela se ressent très fortement dans les punchlines humoristiques que s’échangent les actrices. Beaucoup qualifie cet humour de « pipi caca », mais j’en suis une fervente défenseuse ! Le pipi caca, c’est la vie ! Et en ces temps sombres, où l’on ne parle que de morts et de misère, c’est rafraîchissant de pouvoir se laisser aller devant quelques bonnes vannes pas piquées des hannetons.

[Critique / Avis] Ghostbusters - S.O.S. Fantômes (2016)

Concernant le scénario, j’avais peur de voir un copié collé des films originaux, d’autant plus que la bande annonce le laissait présager. Mais cette dernière ne lui rendait vraiment pas justice, car les seules scènes de références y étaient rassemblées (le bureau du maire, le bibendum etc). Alors oui, il y en a bien trois ou quatre qui rappellent méchamment leurs consœurs des années 80, mais elles sont assumées et clairement présentes pour rendre hommage. Habilement mixées au déroulement des faits, elles se mêlent parfaitement avec le nouvel univers créé par Paul Feig, dont la direction artistique colorée, fidèle aux anciens, a été sublimé par les techniques de réalisation modernes. Je concède que l’équipe scénaristique ne s’est pas beaucoup foulée, puisque la problématique est à peu de choses près la même que dans le film de 1984.Cela peut être un problème pour certains, mais puisqu’il s’agit d’un remake, je m’y attendais plus ou moins pour ma part. L’essentiel à mes yeux était de ramener une nouvelle personnalité à la franchise, et je trouve que le défi est brillamment relevé.

Bref, vous l’aurez compris, j’ai adoré ce Ghostbusters nouvelle génération. Une fois encore, mention spéciale à Chris Hemsworth et son personnage de Kevin. Je vous assure que rien que pour lui ce film vaut le déplacement. Cinq jours plus tard, je ne m’en suis toujours pas remise, c’est vous dire ! Il y a quelques ratés comme vu au fil de l’article, mais éclipsés sans conteste par les points forts. Après quelques mois cinématographiques de déceptions importantes, je ne m’attendais pas du tout à ce que la bouffée d’oxygène vienne du film que je lynchais depuis des semaines. La moralité de cette histoire, c’est que ma grand-mère était une femme censée. Ne jamais dire « Fontaine, je ne boirai pas de ton eau ». Je suis partante quand ils veulent pour une suite ! Et vous, vous en avez pensé quoi ? Vous comptez le voir ?